RDC/Loi sur la congolité: Ensemble pour la République de Moïse Katumbi lève le ton et menace de rompre avec l’USN.

La proposition de loi sur la nationalité continue de faire couler encres et salives au sein de la classe politique congolaise, loi qui propose le verrouillage d’accès à la plus haute fonction d’État à la condition d’être né(e) de père et de mère congolais. Ensemble pour la République, parti politique cher à Moïse Katumbi s’y oppose et qualifie cette dernière d’exclusive et conflictogène visant à écarter certains compétiteurs à l’élection présidentielle de 2023.

Dans un communiqué signé le 09 juillet 2021 par Dieudonné Bolengetenge Balea, secrétaire général du parti de Moïse Katumbi, dont une copie est parvenue à la rédaction de BIVCONGO.NET, Ensemble pour la République dénonce les velléités de ségrégationnisme identitaire »…toute éventuelle inscription au calendrier de travaux de l’assemblée nationale de ce texte consacrera la rupture définitive et irréversible au sein de l’Union Sacrée entre les tenants de l’instrumentalisation de la nationalité et du repli identitaire aux fins de conservation du pouvoir »peut-on lire dans ledit communiqué.

Considérant cela comme une violation de la Constitution, le parti de Moïse Katumbi (Ensemble pour la République) en appelle à la vigilance du peuple »… aujourd’hui autant qu’hier , il lui appartient de veiller au respect de la constitution en rejetant toutes les initiatives qui viseraient à en dénaturer l’esprit et la lettre au risque de plonger le pays dans un nouveau cycle de violence et de crises aux conséquences aussi incalculables que funestes »renchérit-il

Rappelons par ailleurs que le projet de loi en question est initié par Noël Tshiani, ancien candidat à la dernière présidentielle de décembre 2018, est porté et déposé au bureau de l’Assemblée Nationale par le député national Nsingi Pululu.

La Rédaction