RDC/Justice Transitionnelle: »…mon ministère fera feu de tous bois pour donner forme à cette volonté clairement exprimée par le chef de l’Etat »(Min. Puela)

Le ministre congolais des Droits humains, Maître Albert-Fabrice Puela a lancé les travaux d’un atelier de formation des formateurs sur les mécanismes de la justice transitionnelle, ouvert ce jeudi 6 avril 2021 au salon Kasaï du pullman hôtel à Kinshasa, cela dans le but d’outiller les acteurs de la société civile afin d’avoir une compréhension commune de la justice transitionnelle.

Prenant la parole avant de procéder au lancement des travaux de l’atelier, Me Albert-Fabrice Puela a exprimé sa joie d’effectuer une première sortie à l’occasion d’une rencontre sur un sujet capital qui relève de son ministère, « Il me plaît de réitérer qu’effectivement, suite à l’engagement pris par le Chef de l’état lors de la 43ème réunion du Conseil des ministres en date du 7 Août 2020, puis à la correspondance qu’il a adressé à madame la haute Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU en décembre 2020, et à l’acceptation de cette dernière quant à l’appui aux autorités congolaises en matière de justice transitionnelle, celle-ci a bien demeuré une priorité du Chef de l’Etat et du Gouvernement de la RDC dans son ensemble. En ma qualité de Ministre des Droits Humains, mon ministère fera feu des tous bois pour donner forme à cette volonté clairement exprimée par le chef de l’Etat, sous la houlette du Premier Ministre, Chef du Gouvernement»a-t-il déclaré.

Saluant par ailleurs l’appui de la Monusco et du BCNUDH, le Ministre des Droits Humains, Albert-Fabrice Puela a aussi révélé les actions prioritaires à mener dans cette optique,
«le temps est donc venu pour nous, Ministère des droits Humains, sous l’impulsion du Chef de l’Etat, de rendre publiques les 4 actions prioritaires qui seront menées en vue de la mise en place, en République Démocratique du Congo, du processus de justice transitionnelle à savoir : primo, Porter le message de l’engagement du président de la République et du Gouvernement à œuvrer à la justice transitionnelle en RDC ; secundo, Faire un état des lieux des initiatives existantes en matière de justice transitionnelle (BCNUDH,PNUD, Tria et les ONG) en vue d’en capitaliser les acquis pour le processus au niveau national ; tertio, Engager des consultations avec toutes les parties prenantes intéressées par la justice transitionnelle, en vue d’en faire une cartographie par domaine d’activités et par espace d’intervention; et quarto, Favoriser la mise en place d’un cadre de concertation entre le gouvernement, les partenaires techniques et la société civile, cadre de réflexion sur les options idoines de justice transitionnelle pour la RDC »a-t-il énuméré

Le Ministre des Droits Humains Albert-Fabrice Puela a conclu son speech sur un propos rassurant, celui de l’ouverture de son ministère à toutes initiatives et suggestions permettant de faire avancer le processus de mise en œuvre de la justice transitionnelle.

La Rédaction