Déploiement des Inspecteurs des Finances: »…l’IGF est un corps de la P.R qui ne peut pas agir aprioris dans les entreprises publiques »(Désiré Luhahi)

Le déploiement des Inspecteurs des Finances dans les établissements et entreprises publics de l’État continue de faire couler beaucoup d’encres et de salives dans l’opinion publique congolaise. Au départ, les contrôles sur l’utilisation des fonds publics ayant conduit à des procès de détournement sont salués, mais certains experts fustigent les actes apriori des inspecteurs des finances, actes qui devraient être posés à postériori.

Dans une interview exclusive accordée ce jour à BIVCONGO.NET, Désiré LUHAHI, expert en gestion d’entreprise, dénonce les actions aprioris des inspecteurs des Finances,
« …la particularité des entreprises commerciales de l’État, c’est que lorsque le DG arrête son plan de trésorerie, c’est-à-dire, pour qu’il fonctionne il doit dépenser une quelconque somme d’argent dans une échéance donnée, les inspecteurs des Finances interviennent après que les gestionnaires aient utilisé les fonds de l’entreprise pour en contrôler la régularité. Mais quand les inspecteurs des Finances agissent au préalable comme le voit maintenant, il y a un problème. Ils posent maintenant les actes de gestion, ils se permettent de valider ou de refuser que le DG paye telle ou telle autre rubrique, cela en violation des dispositions statutaires des entreprises publiques » a-t-il indiqué

Concernant le cadre légal des actes que posent les inspecteurs des finances dans les entreprises publiques transformées en sociétés commerciales, « …comme tu le sais seuls les organes statutaires sont habilitées à poser de tels actes. Un corps de la P.R (IGF)qui pose des actes de gestion risque de voir les états financiers être mis en doute à cause des tels actes illégaux. L’IGF doit arrêter de se comporter comme du temps de la Loi n°002-78 du 06 janvier 1978 portant dispositions générales applicables aux entreprises publiques où ce genre d’actions avait droit de cité. Aujourd’hui ces entreprises publiques sont régies par le droit OHADA et les statuts prévoient qui doit poser quel acte engageant l’entreprise » renchérit-il

Et de conclure,
« …dans une société commerciale, même la police financière ne vient que lorsqu’il faut analyser les états financiers, c’est-à-dire à postériori, vous ne pouvez pas venir empiéter les attributions statutaires des gestionnaires qui ont l’objet social à réaliser »

La Rédaction